TEXTE INTÉGRAL : COMMUNIQUÉ DU 6e PLÉNUM DU XIXe COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS

2021-11-22 10:32:07 | Source:l'Institut de recherche sur l'histoire et la littérature du Parti relevant du Comité central du PCC

COMMUNIQUÉ DU 6e PLÉNUM DU XIXe COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS

(Adopté le 11 novembre 2021 par le 6e plénum du XIXe Comité central du Parti communiste chinois)


Le 6e plénum du XIXe Comité central du Parti communiste chinois s’est tenu du 8 au 11 novembre 2021 à Beijing.

XXX membres du Comité central du Parti et XXX membres suppléants ont participé à ce plénum. Y étaient également présents les membres du Comité permanent de la Commission centrale de contrôle de la discipline et d’autres responsables concernés, ainsi que des experts, des savants et des députés de l’échelon de base ayant participé au XIXe Congrès du Parti.

Le Plénum a été présidé par le Bureau politique du Comité central du Parti. Le secrétaire général du Comité central Xi Jinping y a prononcé un discours important.

Les participants ont écouté et discuté le rapport d’activité dressé par Xi Jinping au nom du Bureau politique, examiné et adopté la Résolution du Comité central du Parti communiste chinois sur les succès majeurs et le bilan historique des cent années de lutte du Parti et la Résolution sur la convocation du XXe Congrès du Parti communiste chinois. Xi Jinping a expliqué au plénum le projet de la Résolution du Comité central du Parti communiste chinois sur les succès majeurs et le bilan historique des cent années de lutte du Parti.

Le travail du Bureau politique depuis le 5e plénum du XIXe Comité central du Parti a été pleinement approuvé. Les participants ont reconnu unanimement que depuis un an le monde souffre de la conjonction du changement du siècle et de la pandémie de COVID-19 ; que l’environnement externe est devenu plus complexe et difficile ; et que la lutte contre le COVID-19 à l’intérieur du pays ainsi que les diverses tâches de progrès social et de développement économique s’annoncent lourdes et ardues. Le Bureau politique du Comité central a su porter haut levé l’étendard du socialisme à la chinoise, se guider sur le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la « Triple Représentation », le concept de développement scientifique et la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, et mettre en œuvre dans tous les domaines l’esprit du XIXe Congrès du Parti et des 2e, 3e, 4e et 5e plénums du Comité central issu de ce congrès. Il a su également tenir compte de la situation tant nationale qu’internationale, coordonner la lutte contre l’épidémie de COVID-19 avec le développement économique et social, et allier le développement et la sécurité. Tout en maintenant le principe général dit « aller de l’avant à pas assurés », il a appliqué sur tous les plans la nouvelle vision de développement et accéléré la mise en place d’un nouveau modèle de développement. De ce fait, l’embellie économique s’est maintenue ; notre indépendance et notre avance sur le plan scientifique et technologique se sont consolidées ; la réforme et l’ouverture sur l’extérieur n’ont cessé de s’approfondir ; l’élimination de la pauvreté a été accomplie dans les délais prévus ; le bien-être social a été mieux assuré ; la société est restée stable ; la modernisation de la défense nationale et des forces armées a progressé solidement ; notre diplomatie de grand État à la chinoise a avancé sur toute la ligne ; la campagne pour l’étude et l’enseignement de l’histoire du Parti communiste chinois s’est poursuivie de manière substantielle et efficace ; la lutte contre les calamités naturelles graves a été couronnée de succès ; les diverses causes du Parti et de l’État ont enregistré de nouvelles réalisations importantes. Nous avons organisé avec succès une série d’activités pour célébrer le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois. Le secrétaire général du Comité central Xi Jinping a prononcé à cette occasion un discours important dans lequel il a annoncé officiellement l’achèvement de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, ce qui a encouragé notre parti et notre peuple multiethnique à aller de l’avant avec dynamisme sur la voie conduisant à la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire.

Le Plénum a jugé bon de récapituler les succès majeurs des cent années de lutte du Parti et d’en faire le bilan historique : parce qu’il est nécessaire d’inaugurer une nouvelle marche vers l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne dans le contexte historique du centenaire du Parti ; de maintenir et de développer le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère ; de renforcer la conscience politique, la conscience de l’intérêt général, la conscience du noyau dirigeant et la conscience de l’alignement, de même que la confiance dans notre voie, notre théorie, notre régime et notre culture ; de préserver résolument la position centrale du camarade Xi Jinping au sein du Comité central et du Parti ainsi que l’autorité et la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti, de sorte que tout le Parti marche d’un même pas vers l’avenir ; de faire avancer l’autorévolution du Parti, d’améliorer son aptitude au combat et sa capacité à faire face aux risques et défis, de préserver sa vitalité éternelle, et d’unir et de diriger le peuple chinois multiethnique dans ses efforts pour continuer à réaliser le rêve du grand renouveau de la nation chinoise. L’ensemble du Parti doit adhérer indéfectiblement au matérialisme historique et à la bonne vision de l’histoire du Parti pour comprendre, à la lumière des cent années de sa lutte, à quoi est due sa réussite passée et comment cette réussite pourra se poursuivre dans l’avenir. Ainsi, nous serons raffermis et rendus plus actifs dans notre volonté de rester fidèles à notre engagement initial et accomplir notre noble mission, et de préserver et développer le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère.

Le Plénum a insisté sur le fait que depuis sa création en 1921, le Parti communiste chinois ne s’est jamais écarté de son engagement initial et de sa noble mission qui est d’apporter le bonheur au peuple chinois et d’assurer le renouveau de la nation chinoise. Il a rappelé que durant les cent années de son glorieux parcours, toujours fidèle à son idéal, le communisme, et à sa foi, le socialisme, il a uni autour de lui le peuple chinois multiethnique et l’a conduit dans sa lutte inlassable pour l’indépendance et l’émancipation, pour la prospérité et le bonheur. Par cette lutte centenaire, le Parti et le peuple ont écrit l’épopée la plus sublime de l’histoire plusieurs fois millénaire de la nation chinoise.

Le Plénum a rappelé quelles furent les principales tâches du Parti pendant la révolution de démocratie nouvelle : lutter contre l’impérialisme, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique, conquérir l’indépendance nationale et l’émancipation du peuple et créer les conditions sociales fondamentales en vue du grand renouveau de la nation. Durant les luttes de la révolution, au terme d’une quête ardue et au prix d’immenses sacrifices, les communistes chinois, représentés par le camarade Mao Zedong, ont réalisé une synthèse théorique unique en combinant les principes fondamentaux du marxisme-léninisme avec la réalité chinoise et trouvé ainsi la bonne voie pour mener à bien la révolution : encercler les villes à partir des campagnes et prendre le pouvoir par la lutte armée. Cela a abouti à la naissance de la pensée de Mao Zedong, qui a indiqué la direction à suivre pour faire triompher la révolution de démocratie nouvelle. Les luttes acharnées et sanglantes menées par le peuple sous la direction du Parti ont abouti au grand succès de la révolution de démocratie nouvelle et donné naissance à la République populaire de Chine. Ainsi se sont réalisées l’indépendance nationale et l’émancipation du peuple ; ainsi il a été mis un terme à la société semi-coloniale et semi-féodale de l’ancienne Chine, à l’exploitation des travailleurs par une poignée d’hommes et à la désintégration du pays. Abolis les traités inégaux imposés par des puissances étrangères arrogantes, abolies les prérogatives arrachées par les impérialistes. Ainsi la Chine a réussi un bond énorme : passer d’une autocratie féodale plusieurs fois millénaire à un régime de démocratie populaire. Ainsi s’est trouvé bouleversé l’échiquier politique international, et toutes les nations et tous les peuples opprimés de la planète ont été galvanisés dans leur lutte pour la libération. Le Parti communiste chinois et le peuple chinois, par leur lutte héroïque et opiniâtre, ont fait savoir haut et clair au reste du monde que le peuple chinois se tenait désormais debout et qu’était définitivement révolue l’époque où la nation chinoise était à la merci des puissances étrangères et essuyait affront sur affront ! Une nouvelle ère pour le développement de la Chine s’est ouverte.

Le Plénum a rappelé que, durant la période de la révolution et de l’édification socialistes, le Parti s’est donné pour tâches essentielles d’accomplir la transition de la nouvelle démocratie au socialisme, de mener la révolution socialiste, de faire avancer l’édification socialiste, afin de créer des conditions politiques préalables et de jeter des bases institutionnelles du grand renouveau de la nation. Durant cette période, les communistes chinois représentés par le camarade Mao Zedong ont avancé une série d’idées magistrales sur l’édification du socialisme. La pensée de Mao Zedong est le produit original du développement et de la mise en pratique du marxisme-léninisme en Chine. Ensemble de principes théoriques tirés de l’expérience de la révolution chinoise et de la reconstruction de la Chine, sa justesse a été confirmée par la praxis. Il s’agit là du premier progrès historique que nous ayons réalisé dans la sinisation du marxisme. Sous la direction du Parti, le peuple chinois a accompli l’exploit de mener à bien la révolution et l’édification socialistes en ne comptant que sur ses propres forces et en travaillant d’arrache-pied. La nation chinoise a ainsi connu la transformation sociale la plus vaste et la plus profonde de son histoire, et la Chine, de pays oriental surpeuplé et pauvre, est devenue une véritable société socialiste, progrès prodigieux s’il en est. Un système indépendant et relativement complet dans l’industrie et l’économie nationale a pris forme ; les conditions de la production agricole ont été sensiblement améliorées ; l’éducation, la science, la culture, la santé et le sport ont tous progressé de manière impressionnante ; l’Armée populaire de Libération a vu grossir ses rangs et sa puissance de combat s’est améliorée ; la page de la diplomatie humiliante à laquelle l’ancienne Chine était soumise a été à jamais tournée. Le Parti communiste chinois et le peuple chinois, à l’issue de luttes héroïques et opiniâtres, déclarent solennellement au reste du monde que le peuple chinois est capable non seulement de détruire l’ancien monde, mais également d’en construire un nouveau ; que seul le socialisme peut sauver la Chine et lui permettre de se développer.

Le Plénum a rappelé que dans la nouvelle période de la réforme, de l’ouverture et de la modernisation socialiste, la principale tâche du Parti consiste à continuer à chercher la bonne voie pour l’édification socialiste de la Chine, à libérer et développer les forces productives de la société, à sortir le peuple de la pauvreté et à l’enrichir le plus rapidement possible, à fournir au grand renouveau national des garanties institutionnelles pleines de vitalité et à créer des conditions matérielles en rapide expansion. Après le 3e plénum du XIe Comité central du Parti, les communistes chinois représentés par le camarade Deng Xiaoping, réalisant l’unité du Parti et du peuple multiethnique du pays et les dirigeant, ont fait un bilan exhaustif de l’action du Parti depuis la fondation de la Chine nouvelle ; sur la question fondamentale de savoir ce qu’est le socialisme et comment parvenir à l’édifier, en s’inspirant des autres expériences socialistes historiques dans le monde, ils ont formé la théorie de Deng Xiaoping, libéré leur esprit, recherché la vérité dans les faits et pris la décision historique de recentrer l’action du Parti et de l’État sur le développement économique et de mettre en œuvre la politique de réforme et d’ouverture ; ils ont mis en lumière la nature du socialisme, formulé la ligne fondamentale du stade primaire du socialisme, proposé de suivre une voie originale pour établir un socialisme à la chinoise, apporté une réponse scientifique aux questions essentielles qui se posent à l’édification du socialisme à la chinoise, établi une stratégie de développement visant à réaliser essentiellement la modernisation socialiste en trois étapes d’ici le milieu du XXIe siècle. Ainsi a vu le jour le socialisme à la chinoise.

Le Plénum a rappelé qu’après le 4e plénum du XIIIe Comité central du Parti, les communistes chinois représentés par le camarade Jiang Zemin, unissant et dirigeant le Parti et notre peuple multiethnique, ont adhéré à la théorie et à la ligne fondamentales du Parti, et approfondi leur connaissance des questions essentielles telles que « qu’est-ce que le socialisme ? », « comment construire le socialisme ? », « quel genre de parti faut-il construire et comment le structurer ? ». Ils ont ainsi mis au point la pensée importante de la « Triple Représentation », ce qui leur a permis de défendre le socialisme à la chinoise face aux rudes épreuves provenant des situations intérieure et extérieure plus que complexes et des graves revers du socialisme dans le reste du monde. Ils ont formulé les objectifs et le cadre fondamental des réformes visant à introduire un système d’économie de marché socialiste ; et instauré, au stade primaire du socialisme, un système économique de base fondé sur la propriété publique avec le développement en commun des diverses formes de propriété, et un système de distribution basé sur la répartition selon son travail, accompagnée d’autres modes de distribution. Ils ont donné un nouveau souffle à la politique de réforme et d’ouverture qui a procédé tous azimuts et ouvert un nouveau et grand chapitre dans l’édification du Parti, faisant entrer de plain-pied le socialisme à la chinoise dans le XXIe siècle.

Le Plénum a rappelé qu’à la suite du XVIe Congrès du Parti, les communistes chinois représentés par le camarade Hu Jintao, unissant et conduisant le Parti et tous les groupes ethniques du pays, soucieux d’encourager l’innovation dans la praxis ainsi que sur les plans théorique et institutionnel durant l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, ont pris conscience d’un certain nombre de questions d’importance majeure — « pour quel type de développement faut-il opter dans la nouvelle situation ? » et « de quelle manière faut-il se développer ? » — et y ont apporté une réponse correcte, ce qui a abouti au concept de développement scientifique. En profitant de la période importante et riche d’opportunités stratégiques, ils ont consacré tout leur esprit et toute leur énergie au développement du pays, mis l’accent sur un développement complet, coordonné et durable axé sur l’être humain, garanti et amélioré le niveau de vie de la population, promu l’équité et la justice sociales, renforcé la capacité du Parti à exercer le pouvoir et conservé sa nature avant-gardiste. Tout cela a contribué à maintenir et développer le socialisme à la chinoise dans le contexte nouveau.

Le Plénum a souligné que durant cette période, partant de la nouvelle pratique et des caractéristiques de l’époque, le Parti a maintenu et développé le marxisme, donnant une réponse scientifique aux questions essentielles concernant la voie, les étapes, la stratégie et la force motrice de développement, la tâche fondamentale et la garantie politique de l’édification du socialisme à la chinoise, la réunification de la patrie, la diplomatie et la stratégie internationale, la force dirigeante et les forces sur lesquelles il faut s’appuyer. Ainsi a pris forme le système théorique du socialisme à la chinoise, et la sinisation du marxisme a fait un grand pas en avant. Le Parti a uni autour de lui le peuple chinois et l’a dirigé dans la réussite éclatante de la réforme, de l’ouverture et de la modernisation socialiste en faisant preuve d’ouverture d’esprit et en allant courageusement de l’avant. La Chine a réalisé des changements historiques remarquables : elle est passée d’un régime d’économie planifiée hautement centralisé à un régime d’économie de marché socialiste plein de dynamisme ; d’un état de fermeture ou semi-fermeture à une ouverture tous azimuts ; d’un état relativement arriéré en matière de forces productives à la deuxième puissance économique du monde ; d’un pays ayant du mal à satisfaire les besoins élémentaires à une société moyennement aisée dans les grandes lignes, avant d’aboutir à une société moyennement aisée à tout point de vue. Cela a permis à la nation chinoise d’accomplir un grand bond, passant d’une nation qui s’est relevée à une nation prospère. Le Parti communiste chinois et le peuple chinois, au prix des luttes héroïques et opiniâtres, déclarent solennellement au reste du monde que la réforme et l’ouverture sont la clé pour décider de l’avenir et du destin de la Chine contemporaine, que la voie du socialisme à la chinoise est la bonne pour guider le développement de la Chine et assurer sa prospérité, et que la Chine a réussi, en faisant un pas de géant, à rattraper l’évolution de l’époque.

Le Plénum a indiqué que, depuis le XVIIIe Congrès du Parti, le socialisme à la chinoise est entré dans une nouvelle ère. Désormais les principales tâches du Parti sont les suivantes : réaliser l’objectif du premier centenaire, entamer la nouvelle marche qui doit aboutir à la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire, et continuer notre progression vers le but grandiose de la réalisation du grand renouveau de la nation chinoise. Sous la direction du Parti, le peuple chinois, ayant retrouvé confiance en soi et avide de recouvrer sa grandeur, s’est forgé un nouvel avenir sans s’écarter de la bonne voie, aboutissant à cette grande réalisation qu’est le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère.

Le Plénum a souligné que les communistes chinois représentés par le camarade Xi Jinping ont continué à combiner les principes fondamentaux du marxisme avec la réalité chinoise et la brillante culture traditionnelle chinoise, et à adhérer à la pensée de Mao Zedong, à la théorie de Deng Xiaoping, à la pensée importante de la « Triple Représentation » et au concept de développement scientifique. En faisant le bilan de l’histoire du Parti depuis sa fondation et en s’en inspirant pleinement, ils ont créé, à partir de la nouvelle réalité, la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Ayant médité profondément et soupesé scientifiquement les questions théoriques et pratiques essentielles qui touchent à la cause du Parti et de l’État dans la nouvelle ère, le camarade Xi Jinping a formulé une série de conceptions, pensées et stratégies nouvelles et originales sur la manière de diriger le pays en réponse aux grandes questions de notre époque : quel socialisme à la chinoise maintenir et développer dans la nouvelle ère et comment ? quel puissant État socialiste moderne construire et comment ? quel parti marxiste capable d’exercer le pouvoir à long terme construire et comment ? Le camarade Xi Jinping est donc l’auteur principal de la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Marxisme de la Chine contemporaine et du XXIe siècle, cette pensée représente pour notre époque l’esprit de la Chine et sa culture dans leur forme essentielle et marque pour la sinisation du marxisme un nouveau grand pas en avant. En confirmant la position centrale du camarade Xi Jinping au sein du Comité central et au sein du Parti ainsi que le rôle directeur de sa pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, le Parti n’a fait que répondre au désir commun de l’ensemble du Parti, de l’armée et du peuple chinois multiethnique. Ces gestes revêtent une importance décisive pour le développement de la cause du Parti et de l’État dans la nouvelle ère et la promotion du grand renouveau de la nation chinoise.

Le Plénum a fait remarquer que, rassemblé autour du camarade Xi Jinping, le Comité central du Parti a, grâce à un grand esprit d’initiative historique, à un profond courage politique et à un sens aigu des responsabilités, tenu compte à la fois de la situation intérieure et du contexte international, suivi sans faillir la théorie, la ligne et la stratégie fondamentales du Parti et mené de front la grande lutte, la grande œuvre, la grande cause et le grand rêve. En suivant le principe général dit « aller de l’avant à pas assurés », il a adopté une série de principes et politiques majeurs accompagnés d’un train de mesures importantes, accompli une série de tâches majeures et surmonté de nombreux risques et défis exceptionnels. Il a résolu bon nombre de problèmes épineux sans solution depuis de longues années et réussi de grandes choses que d’autres avaient voulu faire sans y parvenir. Tout cela a permis à notre parti et à notre pays de remporter de nouvelles victoires et d’enregistrer des transformations historiques.

Le Plénum a souligné que, depuis le XVIIIe Congrès du Parti, en ce qui concerne le maintien de la direction du Parti, l’autorité et la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti ont été bien assurées ; son système de direction a été perfectionné et sa façon de diriger est devenue plus scientifique ; tout le Parti est doté d’une plus grande unité sur le plan idéologique, politique et de l’action ; et ses capacités en matière de direction politique, d’orientation idéologique, de mobilisation populaire et d’influence sociale se sont nettement renforcées. Concernant l’application intégrale d’une discipline rigoureuse dans les rangs du Parti, l’aptitude du Parti à se purifier, se perfectionner, se rénover et s’améliorer a augmenté manifestement ; la tendance au relâchement et au laxisme dans le contrôle et l’administration du Parti a été renversée ; une victoire décisive a été remportée dans la lutte contre la corruption, et celle-ci a été consolidée sur toute la ligne ; la fermeté du Parti s’est accrue dans le feu de la lutte révolutionnaire. Sur le plan économique, le développement économique de la Chine est devenu sensiblement plus équilibré, plus harmonieux et plus durable ; la puissance économique, scientifique et technologique ainsi que la puissance globale de notre pays ont atteint de nouveaux sommets ; l’économie chinoise s’est engagée dans une voie de développement plus efficient, plus équitable, plus durable, plus sûr et de meilleure qualité. En ce qui concerne l’approfondissement intégral de la réforme et de l’ouverture, le Parti l’a poursuivi sans cesse tant en ampleur qu’en profondeur ; le régime socialiste à la chinoise est devenu plus mûr et abouti ; le niveau de modernisation du système et de la capacité de gouvernance de l’État s’est continuellement élevé ; la cause du Parti et de l’État a fait preuve d’une vitalité débordante. Dans le domaine politique, nous avons développé activement la démocratie populaire dans tout processus, et promu sur tous les plans la démocratie socialiste chinoise en la soumettant à des mécanismes, règles et procédures plus mûrs, de sorte que le régime politique socialiste à la chinoise a démontré pleinement sa supériorité et que la situation politique caractérisée par le dynamisme, l’entrain, la stabilité et l’union a été consolidée et développée. En ce qui concerne la promotion intégrale de la gouvernance de l’État en vertu de la loi, l’ordre légal socialiste à la chinoise s’est amélioré ; l’édification d’une Chine fondée sur les lois a conduit à des résultats importants ; la capacité du Parti à diriger et à gouverner l’État dans le respect de la légalité s’est manifestement accrue. Sur le plan culturel, le domaine idéologique de la Chine a connu des changements vastes et fondamentaux ; la confiance de l’ensemble du Parti et de tout notre peuple multiethnique dans la culture chinoise a été largement renforcée ; la cohésion et l’unité de toute la société se sont considérablement accrues ; tout cela a fourni une solide garantie idéologique et une force morale puissante à l’essor renouvelé de la cause du Parti et de l’État dans la nouvelle ère. Sur le plan social, les conditions de vie du peuple ont connu une amélioration générale ; la gouvernance sociale est devenue plus conforme à la loi, plus « intelligente », plus spécialisée, et avec une participation sociale plus grande ; nous avons créé une situation favorable où l’ordre est préservé et où la population vit et travaille en paix, ce qui a permis de conserver miraculeusement une stabilité sociale durable. En matière de civilisation écologique, le Comité central a accordé une importance sans précédent à l’écologie ; la construction d’une belle Chine a enregistré de grands progrès ; la protection de l’environnement a connu un changement historique, un tournant sans précédent, et ce dans tous les domaines. À l’égard de la défense nationale et de l’armée, notre armée populaire a accompli une refonte globale et révolutionnaire, et est en mesure de repartir dans un nouvel esprit ; la capacité de défense nationale et la puissance économique se sont élevées simultanément ; l’armée populaire, en assumant résolument les missions et tâches que la nouvelle ère lui a confiées, a sauvegardé la souveraineté, la sécurité et les intérêts de l’État en matière de développement par des actions concrètes accomplies dans un esprit opiniâtre. Quant à la sécurité nationale, elle s’est renforcée intégralement ; nous avons surmonté les épreuves et relevé les défis dans les domaines de la politique, de l’économie, de l’idéologie, du milieu, etc., de manière à fournir une garantie puissante pour la prospérité et la stabilité à long terme du Parti et de l’État. Concernant la politique « un pays, deux systèmes » et la réunification de la patrie, le Comité central du Parti a pris une série de mesures visant à résoudre les problèmes existants en s’attaquant autant à leurs branches qu’à leurs racines ; il a décidé de faire appliquer fermement le principe dit « confier aux patriotes l’administration de Hong Kong et Macao », de sorte que la situation à Hong Kong a tourné et que l’ordre et la paix ont été rétablis ; il a été établi de solides bases pour que l’administration de Hongkong et de Macao se fasse en stricte conformité avec les lois et pour que puisse être appliqué, sans faille et sur le long terme, le principe « un pays, deux systèmes » ; il a défendu fermement le principe d’une seule Chine et le « Consensus de 1992 », s’est opposé résolument aux tentatives de sécession visant à l’« indépendance de Taiwan » et aux ingérences de forces extérieures sur cette question ; il s’est posé en acteur décisif dans les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan et a pris l’initiative sur ce dossier. Sur le plan diplomatique, notre diplomatie de grand pays à la chinoise a progressé globalement ; la construction d’une communauté de destin pour l’humanité est devenue un phare qui éclaire notre époque ainsi que le progrès humain ; la diplomatie chinoise a ouvert de nouveaux horizons dans une situation internationale marquée par de grands changements et transformé les crises en opportunités dans un contexte mondial chaotique ; tout cela a permis à la Chine de jouir d’une influence accrue, de susciter une adhésion croissante autour de ses initiatives et de jouer un rôle chaque jour plus actif sur la scène internationale. Par une lutte courageuse et opiniâtre, le Parti communiste chinois et le peuple chinois déclarent solennellement au reste du monde que la nation chinoise est en voie d’accomplir un grand bond, passant d’une nation qui s’est relevée à une nation prospère, puis à une nation puissante.

Le Plénum a indiqué la signification historique de la lutte centenaire du Parti communiste chinois. Les cent années de lutte du Parti ont changé fondamentalement le destin du peuple chinois. Il ne peut désormais plus être malmené, opprimé, ni asservi par d’autres ; il est désormais un peuple souverain : souverain dans ses frontières, dans sa société et dans la conduite de son propre destin. Et son aspiration à une vie meilleure ne cesse de se concrétiser de manière tangible. Les cent années de lutte du Parti ont ouvert la bonne voie menant au grand renouveau de la nation chinoise. La Chine n’a mis que quelques décennies à réaliser l’industrialisation, un processus qui a pris plusieurs siècles aux pays développés. Elle a créé les Deux Miracles, à savoir un développement économique rapide et une stabilité sociale durable. Les cent années de lutte du Parti ont aussi montré la vitalité débordante du marxisme. L’exemple de la Chine a démontré que la scientificité et la vérité du marxisme, la centralité qu’il accorde au peuple et à la pratique, ainsi que son caractère ouvert et en prise constante avec les temps sont bel et bien une réalité. Les cent années de lutte du Parti ont profondément influencé l’évolution du monde. Le Parti a conduit le peuple dans la découverte d’une voie de modernisation à la chinoise, dans la création d’une nouvelle forme de la civilisation humaine, et dans l’ouverture aux pays en développement d’une voie plus large pour leur modernisation. Ces cent années de lutte ont aussi fortifié le Parti communiste chinois, qui a réussi à se maintenir à l’avant-garde de l’époque. Elles ont permis de former une généalogie spirituelle qui prend sa source dans le noble esprit fondateur du Parti, de préserver la pureté et le caractère avancé du Parti, et d’améliorer sans cesse la capacité du Parti à exercer le pouvoir et à diriger le pays. Le Parti communiste chinois est indubitablement un parti grand, glorieux et qui marche dans la voie juste.

Le Plénum a souligné que pendant ces cent années, le Parti a dirigé le peuple dans une grande lutte et accumulé ainsi une précieuse expérience historique. Celle-ci peut être distillée de la manière suivante : maintenir la direction du Parti, défendre la primauté du peuple, promouvoir l’innovation théorique, sauvegarder l’indépendance et l’autonomie, poursuivre la voie chinoise, faire preuve d’ouverture sur le monde, favoriser l’esprit d’entreprise et d’innovation, avoir le courage de lutter, maintenir le front uni et persévérer dans l’autorévolution. Ces dix principes, qui sont issus de notre longue expérience pratique, constituent un précieux patrimoine de pensée auquel le Parti et le peuple ont travaillé conjointement. Il faut les chérir, les mettre en pratique pendant longtemps, les étoffer et les développer dans la pratique de la nouvelle ère.

Le Plénum a rappelé qu’il faut rester fidèle à l’engagement initial pour assurer le succès de notre entreprise. Le Parti communiste chinois se dévoue entièrement à la cause grandiose de la nation chinoise, un effort qui prendra des générations. Un siècle après sa fondation, il a la chance d’être dans la force de l’âge. Durant les cent dernières années, le Parti a apporté au peuple et à l’histoire une excellente réponse à leurs questions d’examen. Maintenant, ayant uni le peuple chinois autour de lui, il le conduit pour aller passer un nouvel examen : l’atteinte de l’objectif du deuxième centenaire. Tout le Parti doit garder présente à l’esprit la question fondamentale de l’identité et de la mission du Parti communiste chinois. Nous devons saisir le sens de l’histoire, raffermir notre idéal et nos convictions, tenir dûment notre engagement initial et garder à l’esprit notre mission. Nous devons rester modestes et prudents, nous garder de toute présomption et de toute précipitation, conserver un style de vie simple et travailler durement. Nous ne laisserons aucun risque nous déstabiliser ni aucune ingérence nous faire dévier de notre route et nous garderons résolument de commettre des erreurs fatales sur les questions fondamentales. Nous devons lutter avec une persévérance inébranlable pour réaliser les objectifs fixés et promouvoir le grand renouveau de la nation chinoise avec la plus grande lucidité, c’est-à-dire en nous souvenant que la dernière partie d’un trajet est toujours la plus longue et la plus pénible.

Le Plénum a souligné que tout le Parti ne doit en aucun cas s’écarter du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping, de la pensée importante de la « Triple Représentation » et du concept de développement scientifique ; qu’il doit appliquer intégralement la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère ; partir de la position du marxisme, et se servir de son point de vue et de sa méthode afin d’observer, saisir et guider notre époque ; et approfondir sa connaissance des lois qui régissent l’exercice du pouvoir par le Parti communiste, l’édification socialiste et l’évolution de la société. Il faut appliquer fermement la théorie, la ligne et la stratégie fondamentales du Parti, tout en renforçant les « quatre consciences » et la « quadruple confiance en soi », et en s’attachant à préserver résolument la position centrale du secrétaire général Xi Jinping au sein du Comité central et du Parti ainsi que l’autorité et la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti. Il faut adopter une approche systémique, et faire progresser de façon synergique les dispositions d’ensemble dites « Plan global en cinq axes » et les dispositions stratégiques des « Quatre Intégralités ». Il faut, en se focalisant sur le nouveau stade de développement, appliquer la nouvelle vision de développement, mettre en place un nouveau modèle de développement et promouvoir le développement centré sur la qualité. Il est nécessaire d’approfondir tous azimuts la politique de réforme et d’ouverture, de promouvoir la prospérité commune, et de favoriser l’autonomie et la montée en puissance de nos sciences et technologies. Il importe de développer la démocratie populaire dans tout processus et de garantir la souveraineté populaire. Il faut persévérer dans la promotion intégrale de la gouvernance de l’État en vertu de la loi et valoriser le système des valeurs essentielles socialistes. Il faut garantir et améliorer le bien-être de la population tout au long du développement, et favoriser la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature. Il faut coordonner le développement et la sécurité, accélérer la modernisation de la défense nationale et de l’armée. Par les efforts de tous, il faut rendre le peuple plus riche, l’État plus puissant et le pays plus beau.

Le Plénum a souligné que l’ensemble du Parti doit resserrer ses liens de chair et de sang avec le peuple, mettre en pratique le concept de développement centré sur le peuple, matérialiser, préserver et développer les intérêts fondamentaux de la grande majorité de la population, et rallier et conduire notre peuple multiethnique dans la lutte pour une vie meilleure. En se souvenant que les difficultés rendent plus fort et que les plaisirs corrompent, tout le Parti doit réfléchir à tout moment à l’avenir et garder l’esprit vigilant contre tout risque même en temps de paix. Il faut par conséquent promouvoir sans cesse la grandiose œuvre nouvelle qu’est l’édification du Parti dans la nouvelle ère, faire régner une discipline rigoureuse dans ses rangs, poursuivre résolument la lutte contre la corruption et la promotion de la probité. Bravant toute difficulté et épreuve, nous ferons aller de l’avant la cause du socialisme à la chinoise contre vents et marrées.

Le Plénum a décidé que le XXe Congrès du Parti communiste chinois aurait lieu à Beijing au second semestre de l’année 2022. Selon le Plénum, le XXe Congrès du Parti sera un congrès extrêmement important qui se tiendra au moment où la Chine sera entrée dans la phase de l’édification intégrale d’un État socialiste moderne et où elle aura entamé sa nouvelle marche vers la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire. La tenue de ce congrès sera un événement majeur dans la vie politique du Parti et de l’État. Il s’agit maintenant pour l’ensemble du Parti de rallier et de diriger tout le peuple chinois multiethnique pour qu’il puisse surmonter tous les obstacles, poursuivre sa marche en avant, et apporter de plus grandes contributions à l’édification intégrale d’un État socialiste moderne, au triomphe du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère et à la réalisation du rêve du grand renouveau de la nation chinoise. Tout cela permettra au XXe Congrès du Parti communiste chinois de s’ouvrir dignement.

Le Comité central a lancé un vibrant appel à tout le Parti, à toute l’armée et à tout le peuple chinois multiethnique pour qu’ils s’unissent plus étroitement au Comité central du Parti rassemblé autour du camarade Xi Jinping ; appliquent intégralement la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère ; fassent rayonner le noble esprit fondateur du Parti ; n’oublient jamais les souffrances et les grandeurs du passé, se montrent dignes des responsabilités et des missions de l’heure, et répondent aux espérances de demain ; s’inspirent du passé pour créer un avenir radieux ; travaillent assidument et aillent vaillamment de l’avant ; luttent sans cesse pour atteindre l’objectif du deuxième centenaire et réaliser le rêve chinois du grand renouveau national. Nous sommes convaincus que le Parti communiste chinois et le peuple chinois, qui ont remporté de grandes et glorieuses victoires au cours des cent années écoulées, remporteront de plus grandes et glorieuses victoires dans cette nouvelle ère et dans cette nouvelle grande marche !